rumen-dimitrov--IMGP0008.JPG

RUMEN Dimitrov

Index de l'article

En résidence à Caza d'oro

Sur le terrain du golf à Montardit, j’ai commencé à ne travailler avec aucune idée précise et très vite, après la première visite, est venue l’idée concrète. En fait, tout tourne autour d’une tasse que j’avais vue dans la fourche d’un arbre énorme. Ma démarche est celle d’un artiste travaillant dans le domaine du Land ART avec des installations, des sculptures qui sont liées spécifiquement à l’endroit du site de la réalisation. J’adore m’exprimer, dans mes installations, avec humour et une certaine présence surréaliste. Une sorte de rêverie. Dans le cas précis de Montardit, je suis parti d’une chaise énorme qui surgit d’un magnifique mur que j’ai remarquée dès ma première visite du lieu : j’ai voulu mettre en dialogue ce mur avec l’espace libre du champ vert qui se trouve derrière. De là , partent des arches constituées de branches traduisant la trajectoire des rebonds d’une balle de golf, qui dirige le regard vers l’installation principale en contre-bas. Il s’agit d’une immense table et de trois chaises à  demi enterrées, inclinées selon différentes directions, comme immergées dans le paysage. Sur cette table, une énorme tasse déverse son liquide, mouvement symbolisé par les branches.

Pour l’exposition qui va être présente au Mas d’Azil dans la salle de l’exposition du Centre Culturel Multimédia et dans la cour, je suis parti du travail du bois, guidé par différentes combinaisons et thématiques qui me préoccupent ces dernières années. Chaises, pigeonniers, forme positive et négative, construction et déconstruction, mouvement et stabilité, place du regardeur / visiteur en dialogue avec l’objet sculpté, beaucoup de questionnements formels. note d’artiste / mai 2016.

facebook_page_plugin